L’Afrique et ses cultures sont aujourd’hui incontournables quant au développement de la constitution d’un paysage mondial artistique ( mondialisation ). De ce fait, les artistes africains ont été pris en compte dans une collection qui affirmerait ses partis pris et son ouverture aux scènes très contemporaines.

La Fondation Louis Vuitton consacre du 26 avril au 4 septembre 2017 son espace à une exposition intitulée « Art/Afrique, le nouvel atelier ». Cette grande exposition regroupe en réalité trois expositions dont « Les initiés » – oeuvres installées de quinze artistes à partir de la collection de Jean Pizzozi, « Être là » réunissant notamment de oeuvres de la scène artistique contemporaine de l’Afrique du Sud ainsi que la collection de la Fondation Louis Vuitton elle-même.

url.jpg

L’exposition « Les initiés » réunie une sélection d’oeuvres. Ce premier espace est composé de treize artistes emblématiques tels que Calixte Dakpogan, Seni Awa Camara, Seydou Keita… Les artistes présentés proviennent de divers pays d’Afrique tels que le Mali, Congo, Bénin, etc. Ce sont essentiellement des tableaux, masques, photographies et des installations. Ces divers supports artistiques émanent de la vie quotidienne mais il peuvent notamment avoir un univers très onirique. Nous avons aussi une vaste palette d’œuvres traitant de l’actualité politique, économique, politique, sociale ou encore culturelle du continent africain. Ces artistes sont engagés dans la mesure où ils tentent de rendre compte des événements tragiques que l’Afrique a connu : problèmes économiques, des ravages du SIDA et des problèmes de reconnaissance de l’art africain. Cependant, ils mettent en avant la beauté de la femme africaine, les festivités des villes…Tous ces artistes ont un rôle commun : prendre en compte la contemporanéité africaine de 1989 à 2009.

 

http://www.magnin-a.com/fr/expositions/presentation/116/art-afrique.-le-nouvel-atelier

 

Le deuxième espace est davantage tourné vers l’Afrique du Sud. Cela tient en réalité à l’émergence de l’écosystème incluant des institutions, des galeries impliquées ainsi que le rôle des universités fortement engagées. Cet espace a choisi de se concentrer sur une génération née dans les années 1980 ainsi que sur des oeuvres d’artistes phares de l’Afrique du Sud. L’exposition prend en compte un espace défini et se concentre ainsi sur les thématiques des engagements politiques tel que l’Apartheid.

https://www.lvmh.fr/actualites-documents/actualites/lexposition-artafrique-nouvel-atelier-fondation-louis-vuitton-met-lart-africain-lhonneur/

 

Les sélections d’oeuvres de la Galerie 9 s’ouvre sur un ensemble d’artistes d’Afrique du Sud réunis autour de deux figures majeures, Kentrigde et Goldblatt, personnes dont le travail traite de l’Histoire, la mémoire et l’identité. Dans cet espace la photographie joue un rôle essentiel dans la mesure où elle fait office de témoignage.

Quel but pour cette exposition ?

Il s’agit dans un certain sens d’interroger et de questionner les œuvres d’artistes d’Afrique. Ils sont le plus souvent autodidactes ; cela nous permet donc de prendre en compte la dimension de la localité à grande ou petite échelle dans un monde globalisé. La différence artistique telle qu’elle se montre dans l’exposition est très importante dans ce contexte-là.

L’art d’Afrique est à l’honneur à la Fondation Louis Vuitton. N’hésitez surtout pas, l’exposition est géniale.

 

FOFANA Fatoumata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *